logo Eglise de Mangembo         
 
 
CLASSE DE TRANSFIGURATION (Révérend Espérance MBAKADI, mardi 6 et vendredi 9 février 2018)  
CLASSE DE TRANSFIGURATION (Révérend Espérance MBAKADI, mardi 6 et vendredi 9 février 2018)
 
LE SACRIFICE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Isidore NSUMBU)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Dominique NGOY)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
MARCHER DANS LA PROPHETIE : LE JEUNE HOMME RICHE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
MARCHER DANS LA PROPHETIE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
LA CLASSE DE LA TRANSFIGURATION (Enseignant : Révérend Espérance MBAKADI)
CLASSE 004
 
LA CLASSE DE LA TRANSFIGURATION (Enseignant : Révérend Espérance MBAKADI) CLASSE 003
 
LA CLASSE DE LA TRANSFIGURATION (Enseignant : Révérend Espérance MBAKADI) CLASSE 002
 
Genèse 3 : 1-11

La raison pour laquelle Jésus avait amené trois de ses disciples à la montagne de la transfiguration, c’était afin qu’ils puissent voir cette expérience qu’est la transfiguration. A la montagne, ce qui avait affecté le plus les disciples, ce n’était pas la parole qui avait été dite sur Jésus, mais ce qu’ils avaient vu. Avant même d’avoir entendu quelque chose, l’apôtre Pierre dit à Jésus: « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie » ; c’est alors qu’une voix retentit du ciel : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : obéissez-le » ( Matthieu 17 : 2-3). Comme quoi, la transfiguration est fonction de ce que l’on voit.

Dieu créa l’homme et la femme, et les plaça dans le jardin d’Eden au milieu de l’abondance, mais dans le jardin, il y avait au milieu un feu rouge : Adam et Eve pouvaient manger les fruits de tous les arbres sauf ceux de l’arbre au milieu du jardin. Puis la tentation vint avec le diable qui dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? La femme répondit : nous mangeons du fruit de l’arbre du jardin mais Dieu nous interdit le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin de peur qu’en mangeant, nous ne mourions. Alors le serpent dit : vous ne mourrez point, Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme lui, connaissant le bien et le mal.

Les yeux qui devaient s’ouvrir, n’étaient pas les yeux physiques mais les yeux de l’âme où réside l’intelligence. La femme regarda le fruit et, nous dit la bible, vit 1° que l’arbre était bon à manger, et 2° agréable à la vue, et 3° qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence. L’homme et la femme mangèrent le fruit et les yeux de leur âme s’ouvrirent. Maintenant que les yeux de leur âme étaient ouverts, ils ont connu qu’ils étaient nus. La bible parle beaucoup des yeux.

Jésus dit : « L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres ! » (Matthieu 6 : 22-23). Pour dire : les yeux sont les lampes du corps ; s’ils sont en bon état, ta vie sera aussi en bon état à cause de la lumière. Mais si les yeux qui sont en toi, dans ton âme ou ton esprit, ne peuvent voir, les ténèbres en toi seront encore plus grandes. Beaucoup de gens souffrent parce qu’ils n’ont pas de lumière et partant sont dans les ténèbres, la confusion. Les études sont supposées ouvrir les yeux de l’âme.

La plupart de nos problèmes viennent du fait du manque de lumière dans nos vies. C’est le cas de cet homme malade pendant trente-huit ans et à qui Jésus demande : « Veux-tu être guéri ? » Cet homme était dans les ténèbres. Son intelligence était obscurcie. L’intelligence c’est le bon usage de la connaissance. Le problème de cet homme était qu’on avait mis dans sa tête ceci : pour être guéri il fallait se plonger le premier dans l’eau agitée. Et comme il n’avait personne pour le jeter dans l’eau, il donna comme réponse à la question de Jésus : « Je n’ai personne pour me jeter dans l’eau ». Il était sincère mais dans le faux c’est-à-dire par rapport à la fausse connaissance qu’on avait mise en lui. Les yeux de cet homme étaient fermés par rapport à toute autre possibilité d’être guéri.

Il y a quatre classes de personnes : les esprits de toute chair qui ont normalement deux yeux physiques, les fils du malin qui en plus de deux yeux physiques ont deux yeux de l’âme ouverts par l’initiation satanique, les esprits des justes qui doivent normalement avoir six yeux ( les deux yeux physiques, les deux yeux de l’âme et les deux yeux spirituels), et les esprits des prophètes qui ont normalement sept yeux.

Ce qui a été écrit, l’a été pour notre instruction. La bible dit qu’au milieu et autour du trône, il y avait quatre êtres vivants remplis d’yeux devant et derrière, tout autour et dedans (Apocalypse 4 : 6-8). La bible est un livre écrit en dedans et en dehors, et scellé (Apocalypse 5 : 1). Si tu n’as que les yeux physiques comment le liras-tu ? A l’apôtre Jean qui pleurait de ce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder, l’un des vieillards dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre. Mais lorsqu’il regarda, il vit l’agneau qui était comme immolé, et l’agneau avait sept yeux. L’agneau, c’est Jésus, et les sept yeux sont les sept esprits (lampes) que Dieu avait envoyés sur toute la terre (Apocalypse 5 : 2-6). Où que tu ailles, tu ne seras pas dans les ténèbres. Les mêmes êtres, dit encore la bible, ont pris certains de leurs yeux, les ont détachés d’eux et les ont mis sur des roux, et où que les roux aillent, ils pouvaient voir en dehors d’eux (Ezéchiel 1 : 15-20).

Aujourd’hui dans le monde, les enjeux se jouent au niveau des yeux. Le monde a compris qu’il faut multiplier le nombre des yeux au moyen de la technologie car plus on voit plus on a l’avantage sur les autres. La guerre, c’est au niveau des yeux. Les nations s’attèlent à construire des satellites qu’elles placent sur des orbites comme des yeux pour surveiller ce qui se passe sur la terre.

L’apôtre Paul s’adressant aux Ephésiens, dit entre autres : « Je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu’il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints… » (Ephésiens 1 : 16-19) Les yeux de l’âme, ce sont les yeux de l’intelligence, et les yeux du cœur sont les yeux de l’esprit. Les yeux du corps nous permettent de voir, ceux de l’âme, de connaître et ceux de l’esprit, de savoir. Illuminer, dans ce contexte, signifie apporter la lumière, éclairer, ouvrir, pour que les yeux du cœur puissent voir clairement et précisément. Les yeux du cœur doivent s’ouvrirent, et quand ils s’ouvrent, on parle de savoir. Ce monde est un monde de ténèbres, c’est pourquoi nous devons allumer les phares qui sont à l’intérieur de nous afin de mieux voir.

La bible parlant de Moïse, dit qu’il était dans la présence de Dieu et affecté par sa gloire. Et lorsqu’il descendit de la montagne, son visage brillait au point qu’Israël ne pouvait pas le regarder. Et Moïse, pour l’aider, a pris le voile pour couvrir son visage. La bible dit que ce même voile demeure dans le cœur lorsqu’on lit Moïse. Le cœur est voilé et c’est seulement en Christ que ce voile est ôté (2 Corinthiens 3 : 1-16).

Un miroir ordinaire est fait pour nous renvoyer notre image. Et en se basant sur ce principe, on a prêché que le miroir de la parole nous renvoie nos défauts. Mais l’apôtre Paul nous dit que dans le miroir de la parole, nous ne nous voyons pas, nous voyons la gloire du Seigneur. Notre miroir c’est la parole de Dieu. Si nous plongeons nos regards dans le miroir de la parole, nous ne nous voyons pas, mais nous voyons Jésus, l’image de la puissance, de la richesse et de l’autorité, et quand le Saint-Esprit demande à chacun de nous : « Qui vois-tu ? », « moi », devait répondre chacun de nous. Ainsi, nous serons transformés en la même image. La foi ne signifie pas ce qu’on voit, mais ce que Dieu a dit, ce n’est pas dire ce qu’on sent ou qu’on voit mais dire ce que l’on veut devenir.

C’est pourquoi l’apôtre Paul dit : « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit » (2 Corinthiens 3 : 18). Dans le fait de contempler il y a une intensité du regard, et le miroir dont il est question, ici, ce n’est pas le miroir habituel qui nous renvoie notre image, nos défauts, mais le miroir de la parole qui nous présente l’image de Jésus. Chaque verset de la bible s’incarne dans la personne de Jésus. Plonge ton regard dedans et vois-toi comme lui. La bible dit : « Tel il est, tels nous sommes ». Ce verset s’applique au miroir de la parole. Paul était sans doute devant le miroir de la parole lorsqu’il dit : « Ce n’est plus moi qui vit mais Christ qui vit en moi ».

Le miroir véritable, c’est la bible qui est un livre de visions pourvu que le voile soit ôté. Il y a l’esprit dans le livre ; celui-ci projette en effet des images dans lesquelles tu peux voir ton futur.

 
© 2009. EIS | Accès au webmail Powerd by torrent