logo Eglise de Mangembo         
 
 
LE SACRIFICE (Révérend Espérance MBAKADI)  
ACADEMIE DU SURNATUREL 3 (Rév Espérance MBAKADI)
 
ACADEMIE DU SURNATUREL 2 (Révérend Espérance MBAKADI)
 
L’ACADEMIE DU SURNATUREL (Rév. Espérance MBAKADI)
 
LA SANCTIFICATION (Révérend Espérance MBAKADI)
 
LA PAQUES (Révérend Espérance MBAKADI)
 
CLASSE DE TRANSFIGURATION (Révérend Espérance MBAKADI, mardi 6 et vendredi 9 février 2018)
 
LE SACRIFICE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Isidore NSUMBU)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Dominique NGOY)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
Exode 12 : 1-14 ; 2 Samuel 24 : 25 ; 2 Rois 3 : 26-27 ; Juges 13 : 1-5 ; Juges 16 : 16-21 et Psaumes 50 : 13-14, 23…

Le sacrifice et sa valeur sur le plan spirituel

Le sacrifice est une offrande d’un prix très élevé qu’on offre à une divinité dans une cérémonie d’immolation. Dans le sacrifice, il y a d’une part la divinité qui refuse ou reçoit le sacrifice et de l’autre, la valeur que l’homme accorde à cela. On entend aussi par sacrifice une privation volontaire comme le cas du vœu de célibat en vue d’un appel sacré (les eunuques) ou celui du jeûne qui accompagne la prière. Dans le concept de sacrifice, il y a l’aspect de la souffrance qu’on accepte volontairement.

Sur le plan spirituel, les sacrifices occupent une place de choix. Ils jouent en effet un rôle très important lors des transactions spirituelles. Le monde spirituel réclame des sacrifices dans le monde physique, visible. Pour que le sacrifice soit légal, il faut qu’il y ait un homme physique qui accepte d’offrir pour autoriser… Pour qu’un sacrifice quitte le monde physique pour le monde spirituel, il faut que le sang coule…

On se sert d’un sacrifice pour arrêter un autre sacrifice. C’est le principe de substitution. C’est ce qui s’était passé en Egypte lorsque Dieu, voulant mettre à terre Pharaon, décida de sacrifier les premiers nés Egyptiens parce que les esprits des divinités égyptiennes opéraient à travers eux. Et à cet effet, il dit aux enfants d’Israël de prendre pour chaque maison un agneau d’un an, mal et sans défaut, de l’immoler, de prendre son sang et d’en mettre sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons. Ainsi lorsque l’ange de la mort viendra, s’il voit le sang, il va passer outre comme pour dire qu’ici il y a déjà un mort. C’est cela le principe de substitution : opposer un sacrifice à un autre. Si le diable conçoit un plan pour te faire du mal, mais si par révélation, tu décides d’offrir à Dieu une nuit de prière, ce sacrifice va contrer le sacrifice du diable. Ton sacrifice va faire avorter ce que le diable voulait faire dans ta vie. Lorsque Dieu te met à cœur de sacrifier dis-toi que dans le monde spirituel le diable prépare quelque chose contre toi. Et sache que ce que tu offres comme sacrifice n’a rien de comparable à ce que tu vas arrêter.

Le roi David devait être sacrifié à cause de son péché, mais à la place Dieu fait mourir le peuple par la peste. Voyant cela, Dieu va dire à David, par Gad, que d’autres sont morts à sa place et qu’il érige par conséquent un autel pour lui offrir un sacrifice afin d’arrêter le mal. La bible dit que David bâtit un autel à l’Eternel et lui offrit des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces. C’est alors que l’Eternel arrêta le fléau.Le sacrifice arrête le sacrifice. Le roi de Moab, pour préserver son trône et son peuple face à Israël, prit son fils premier-né qui devait régner à sa place et l’offrit en holocauste. C’est ce que Dieu a fait pour nous sauver : il a pris son Fils unique et l’a mis sur l’autel à Golgotha.

La grande question est celle-ci : Où est la place du sacrifice de Jésus si pour chaque combat nous devons encore faire des sacrifices ? Nous faisons tous ces sacrifices au nom de Jésus car notre sacrifice repose sur le sang qu’il a versé pour nous. Notre sacrifice a un soubassement spirituel : le sang de Jésus. Et quand nous sacrifions, nous valorisons le sacrifice de Jésus. La puissance dans la vie chrétienne s’accroit au prix des sacrifices. Tout celui qui veut aller loin sur le plan spirituel doit apprendre à faire des sacrifices, il doit faire de sacrifices son style de vie. Le sacrifice ampute notre orgueil de quelque chose et nous pousse à dépendre de Dieu.

Face aux menaces du roi d’Assyrie, le roi Ezéchias fit dire au prophète Esaïe ces propos : « Ce jour est un jour d’angoisse, de châtiment et d’opprobre, car les enfants sont près de sortir du sein maternel, et il n’y a point de force pour l’enfantement » (Esaïe 37 : 3). Le sein ici, c’est la matrice qui garde les choses sur le plan spirituel et les enfants, ce ne sont pas des enfants physiques mais tout ce qu’on peut enfanter, désirer… L’enfantement est ce qui permet à une chose de quitter le spirituel pour le monde physique.

Il y a donc une matrice où les choses sont conçues, et il faut une force pour les faire sortir de là et cette force c’est le sacrifice. Les enfants sont près de sortir mais il manque de force et donc de sacrifice. Il y a des choses qui ne dépendent plus de Dieu, c’est plutôt à nous de faire le travail d’enfantement. Nous devons payer le prix, faire des sacrifices. L’apôtre Paul dit : ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève dans mon corps. Il ajoute encore : « Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres » (1 Corinthiens 9 : 27). Le sacrifice nous permet de maîtriser notre corps, il favorise notre dépendance vis-à-vis de Dieu et fait en sorte que notre ego diminue. Toutes les fois qu’un homme sacrifie quelque chose, il perd une partie de lui-même et cela le pousse à dépendre de Dieu. Il n’y a pas de vie chrétienne victorieuse sans sacrifice.

Le mystère-révélation

Derrière chaque succès, chaque exploit, chaque histoire de grandeur, il y a ce qu’on appelle mystère-révélation, c’est ce qu’on appelle communément secret : la chose caché qui produit ce que nous admirons. Chaque culte a un occulte c’est-à-dire ce qui est caché et qui donne la force au culte. Pour celui qui observe et admire un exploit, c’est un mystère mais pour celui qui opère dans ce secret, le mystère est dévoilé. Et pour la plupart des cas, ce mystère-révélation ce sont des sacrifices. C’est le secret qui fait la force ou la grandeur d’une personne. Chacun de nous a un mystère-révélation qu’il doit découvrir. Le mystère-révélation peut comprendre plusieurs secrets et c’est à chacun de savoir discerner quelle clé pour ouvrir quelle porte.

Le secret de la force de Samson résidait dans le fait que le rasoir ne devait pas passer sur sa tête. Il pouvait faire tout ce que les autres faisaient, mais en plus il ne devait pas permettre au rasoir de passer sur sa tête. C’était là son sacrifice, le prix à payer pour être le libérateur de son peuple. La maman de Samson avait aussi un prix à payer : elle ne devrait boire ni vin ni liqueur forte, et ne manger rien d’impur.

Le problème des Philistins c’était de comprendre d’où venait la force de Samson. Et ils ont tout fait pour découvrir son secret et ainsi couper ses cheveux. C’est ce que le diable fait avec nous, il cherche à comprendre d’où vient notre force. Et dès qu’il comprend, c’est par là qu’il nous attaque, qu’il nous affaiblit. Ce qui intéresse le diable, c’est ton secret, ta force. Ne permet à personne de te couper les cheveux c’est-à-dire ce qui fait ta force. La force de David était son bon cœur ; c’est pourquoi il faisait tout pour préserver l’état de son cœur. Pour certains, leur force c’est leur premier amour ; c’est le cas de l’Eglise de Laodicée. Pour d’autres, c’est l’attachement à leur Eglise et pour d’autres encore, une vie de prière intense… Tabitha était morte mais son secret (la libéralité) a continué à parler pour elle si bien qu’elle est revenue à la vie. Découvre ce qui fait ta force et travaille-le, travaille-le encore…

La reconnaissance

Il y a des sacrifices que la bible appelle sacrifices d’actions de grâces et de louange. La louange, c’est lorsque nous glorifions et célébrons Dieu nos regards fixés sur ce qu’il fait, et l’adoration, c’est lorsque nous le faisons nos regards fixés sur ce qu’il est. Les sacrifices de louange, c’est la louange à crédit. Ce genre de sacrifices déclenche le miracle (Actes 16 : 23-26).

 
© 2009. EIS | Accès au webmail Powerd by torrent