logo Eglise de Mangembo         
 
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Dominique NGOY)  
SARA ELLE-MEME (Révérend Espérance MBAKADI, Mercredi 10 Octobre 2018)
 
ACADEMIE DU SURNATUREL 3 (Rév Espérance MBAKADI)
 
ACADEMIE DU SURNATUREL 2 (Révérend Espérance MBAKADI)
 
L’ACADEMIE DU SURNATUREL (Rév. Espérance MBAKADI)
 
LA SANCTIFICATION (Révérend Espérance MBAKADI)
 
LA PAQUES (Révérend Espérance MBAKADI)
 
CLASSE DE TRANSFIGURATION (Révérend Espérance MBAKADI, mardi 6 et vendredi 9 février 2018)
 
LE SACRIFICE (Révérend Espérance MBAKADI)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Isidore NSUMBU)
 
LA BENEDICTION DE L’ALLIANCE (Révérend Dominique NGOY)
 
Genèse 15 : 7-16

La bible dit que l’Eternel dit encore à Abram (Genèse 15 : 7). C’est qu’il lui avait parlé avant. Et cette fois-ci, il lui dit : « Je suis l’Eternel, qui t’ai fait sortir d’Ur en Chaldée, pour te donner en possession ce pays ». Et Abram lui répondit : « Seigneur Eternel, à quoi connaîtrai-je que je le posséderai ? »

Certaines fois dans la vie, nous avons besoin d’avoir des garanties car nous vivons dans un monde aléatoire. Les gens veulent être rassurés. Ils veulent avoir un mariage ou un travail qui rassure parce qu’ils ne veulent pas perdre. Pourquoi Abram avait-il posé cette question à Dieu ? Parce qu’il y avait autour de lui des circonstances contraires, des situations qui ne le rassuraient pas. Est-ce qu’il était en train de douter de Dieu ? Dieu ne lui reproche pas cela. Mais il lui dit : « Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe » C’est ce que fit Abram, et au coucher du soleil, dit la bible, ce fut une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés. Dieu fit alliance avec Abram et prit l’engagement de donner à sa postérité cette terre.

Abram avait besoin d’être sûr à 100%. Mais peut-on être sûr de Dieu à 100% ? Oui, on peut être à 100% sûr du Dieu d’alliance. Il y a un homme qui était sûr de Dieu, bien que dans une situation où on ne pouvait pas pressentir la certitude, un homme accablé de toutes sortes de maux : Job. En dépit de sa situation, il dit : « Mais je sais que mon rédempteur est vivant, et qu’il se lèvera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera détruite, il se lèvera ; quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. » (Job 19 : 25-26). L’assurance qu’on doit avoir de Dieu va au-delà de ce que les yeux voient.

Dieu n’avait rien à donner à Abraham comme garantie. Il pouvait lui donner la terre mais la terre n’est pas une garantie. La seule garantie, c’est sa parole parce que c’est par elle que toutes choses existent. Dieu n’a pas autre chose à nous donner comme garantie en dehors de sa parole. Ne cherche pas à avoir quelque chose, ce que Dieu attend de toi : bats-toi pour garder sa parole. Il y aura toujours des circonstances qui vont se lever pour te dire le contraire. Jean Baptiste a témoigné sur Jésus comme le Messie, mais lorsqu’il a été mis en prison et que celui-ci n’est pas venu lui rendre visite, il a commencé à se demander : est-ce lui ou un autre ? Quand les circonstances difficiles arrivent, ne cherchent pas la volonté de Dieu, cherche plutôt ce que Dieu t’a dit avant que les problèmes n’arrivent, parce que c’est cela qui compte.

Dieu n’a rien donné à Abraham mais il lui a parlé. Il a renouvelé à Isaac et à Jacob l’engagement fait à Abraham, mais à Joseph, il n’a rien dit. Parfois, Dieu peut conduire ses enfants sans donner des précisions sur ce qu’il va faire. Il a commencé à réunir les éléments dans la vie de Joseph sans que celui-ci ne soit conscient de quoi que ce soit. Il ne dit rien à Joseph. Il ne lui a pas parlé personnellement, mais le fait d’avoir parlé à Abraham suffisait. Il met seulement les circonstances en place. Il lui donne des songes et à cause de cela ses frères le haïssent. Tout ce qui arrivait à Joseph, c’était à cause de l’alliance. Toutes ces choses t’arrivent aussi à cause de l’alliance. Oui, tu es dans l’alliance : le sang a coulé à Golgotha pour toi. Et sache qu’en dépit de tout, Dieu est en train d’accomplir l’alliance qu’il avait contractée avec Abraham. Aujourd’hui, tu es en train de pleurer à cause de ce qui te manque, mais sache que puisque tu es enfant de Dieu, Dieu est en train de travailler même dans tes pleurs, même dans ton humiliation.

Joseph, un homme intelligent qui travaillait bien, fit la prison. Mais Dieu, là-haut, était en train de guider toutes choses alors que Joseph ne le savait pas. Parce que l’alliance est plus puissante que toutes les forces de l’ennemi. Ta vie va être une surprise même pour toi-même. Le Dieu de l’alliance est celui qui contrôle toutes choses.

Joseph en prison interprète le songe de l’échanson et lui demande qu’il se souvienne de lui lorsqu’il sortira de la prison mais lorsque celui-ci en sort, il l’oublie. S’il s’était souvenu de lui, il allait sortir mais comme esclave. Personne ne peut se souvenir de toi et te mettre au-dessus de lui. Bénis Dieu pour ceux qui t’oublient. Il permettra qu’on t’oublie pour que quand il va s’arranger pour te faire sortir, que tu ne sortes pas par pitié. Il donne une vision à Pharaon mais donne la réponse à celui qui était en prison. Pendant ton temps d’humiliation, Dieu te donnera ce que les autres n’ont pas.

L’engagement de Dieu parle plus. Si Dieu parle, il veille sur ce qu’il dit. Il est digne de confiance à 100%. Les hommes peuvent passer mais l’engagement de Dieu ne passe jamais.

Les trois A dans la vie de Joseph

Genèse 39 : 1-12

Dieu est parfait, et ce qui fait qu’en chaque génération les gens voient la gloire de Dieu, c’est leur attitude. Dans la vie de Joseph, il y a trois A qui font que même si une personne n’a pas une vision spéciale, une grâce particulière, Dieu se manifestera à 100% dans sa vie.

1. Le premier A : son attitude. Nous vivons dans un monde où nous réagissons à tout ce qui nous arrive. Lorsque nous nous retrouvons dans la situation de Joseph qui fait du bien mais qui récolte du mal, cela ne nous laisse pas intacts. Nous sommes soit offensifs soit défensifs. Nous réagissons. Il n’y a pas quelque chose qui affecte nos vies comme nos attitudes. Il y a quelque chose de touchant chez Joseph : malgré tout ce qui lui arrive, il ne se bloque pas sur lui-même, il laisse la possibilité à la vie. Pas de place en lui pour la colère, l’amertume, le sentiment de vengeance…

Comment Joseph pouvait-il avoir une attitude joyeuse en dépit de tout ce qui lui arrivait ? Dieu était avec Joseph. La bible dit en effet que le maître de Joseph vit que Dieu était avec lui. Il ne convient pas de nous présenter, laissons les gens voir ce que nous sommes véritablement. Ton attitude va révéler qui est avec toi. La bible dit : « Recommande ton sort à l’Eternel et place en lui ta confiance, et il agira » (Psaume 37 : 5). Dans la vie, tu ne contrôleras pas toutes choses, les critiques des gens. N’arrête pas de vivre, d’avancer puisque les gens ne t’acclament pas. Prends ta vie et dépose-la entre les mains de Dieu et tu seras libre de critiques, de traitements des autres. Si tu n’as pas ce que l’autre a, ce n’est pas la fin du monde parce que la vie n’a pas encore fini.

2. Le deuxième A : l’activité. Nous avons été tous créés à l’image et selon la ressemblance de Dieu. Et ce que Dieu a donné à tout être humain et qui est lié à sa ressemblance, c’est le travail parce que lui-même travaille. Partout au monde où les gens prient mais négligent cet aspect des choses, ils ne peuvent voir la main de Dieu parce qu’il n’est pas injuste.

Sur le plan biblique, le travail comprend trois aspects ou éléments :

1° La créativité, l’imagination. Personne ne peut dire qu’il n’a pas en lui cet aspect. Car à chacun de nous sans exception, Dieu a donné un cerveau qui doit fonctionner. Joseph ne pouvait pas sortir de la prison et apporter la solution à un problème économique si sa tête ne fonctionnait pas en prison. Si tu mets ton cerveau au chômage, tu resteras longtemps au chômage.

2° L’organisation : c’est mettre chaque chose à sa place pour permettre que tout fonctionne. Joseph savait mettre chaque chose à sa place, c’est ce qui lui a permis de gérer les biens de Potiphar tout en étant esclave. La plupart des choses ne marchent pas dans notre vie parce qu’elles ne sont pas à leur place. Tu peux juste fonctionner au niveau de l’ordre.

3° La force physique

De ces trois choses, c’est la force physique qui est payé le moins cher.

Tout dépend de ce qu’on mange intellectuellement, physiquement et psychologiquement. Et Dieu nous a donné un livre extraordinaire, plus sage et plus intelligent : la bible.

3. Le troisième A : l’attachement

Joseph était un jeune homme beau de figure, et la femme qui le harcelait tous les jours était une femme belle, la femme d’un dignitaire. Mais la réaction de Joseph est très étonnante : « Comment pourrai-je faire ça à mon Dieu ? Comment pourrai-je commettre un si grand péché ? » Il faut apprendre à être disciple de Dieu. Nous devons accepter le leadership de Dieu dans notre vie. C’est un choix que chacun doit opérer. Tous les patriarches avaient une caractéristique commune : ils aimaient Dieu, ils aimaient son leadership. Avant que la femme de Potiphar n’aime Joseph, le cœur de Joseph était à Dieu.

Si ta vie sur terre ne se limite qu’aux possibilités humaines, c’est un échec parce que la vie de tout le monde peut se limiter à cela. Il y a la dimension du surnaturel dans la vie de tout enfant de Dieu. Ta vie peut être bloquée physiquement, financièrement, mais sache que ce n’est pas fini. Dieu n’a pas prévu que tu sois limité par le naturel.

Nous voyons à travers la bible que pendant toute sa vie terrestre, Jésus était attaché à son Père. Il savait que les disciples allaient l’abandonner et non son Père. Le problème de l’Eglise et des enfants de Dieu est qu’ils refusent d’accoucher. Pendant sa vie terrestre, Jésus adressait à Dieu des prières avec grands cris (Hébreux 5 : 7). Cette prière-là est la prière d’accouchement. Lorsque la douleur d’accouchement arrive, on ne choisit pas le moment. La prière qui va tout changer dans ta vie ne dépendra pas du matin, du soir ou de la nuit, c’est Dieu lui-même qui choisira le moment pour toi.

Le fait de défier et de refuser la femme de Potiphar pour Joseph signifie qu’il met sa vie en péril, et pour mettre sa vie en péril, il faut être sûr… Tu n’as pas de choix parce que tu ne peux pas demander à quelqu’un de le faire à ta place. Pour la plupart d’entre nous, nous avons Dieu et nous pensons qu’il y a aussi d’autres possibilités. Il n’y a pas d’autres possibilités si tu ne te lèves pas. Pour que les enfants d’Israël soient libérés, Dieu s’est servi d’Esther comme de celle qui devait accoucher. Ce que Joseph vivait, ce n’était pas pour lui-même, derrière il y avait Ruben et les autres.

Dans l’état d’humiliation dans laquelle tu te trouves, comment peux-tu encore trouver sommeil ? Il n’y a que toi qui peux être conscient de ta situation et te lever maintenant pour que ta situation change. Comme Zachée, tu dois te dire que c’est aujourd’hui ou jamais. Quand on sait que sa vie est en danger, on ne prie pas comme tout le monde.

 
© 2009. EIS | Accès au webmail Powerd by torrent